L’arnaque de la séduction ou l’effet Disneyland

Une des plus grandes déceptions de mon enfance je la dois au parc d’attraction Disneyland.

C’est un choc visuel quand on franchi les portiques pour se retrouver au début de Main Street, la rue principale qui mène vers les différents univers du parc. Toutes ces façades d’une architecture inconnue, colorées à souhait, derrière lesquelles mon imagination de petit garçon de 7 ans suppose tout un monde à explorer.  Immédiatement j’échappe à la vigilance de mes parents, m’aventure sous l’un de ces porches et découvre qu’il dissimulait un magasin de goodies. La maison suivante c’est un banal café. Ensuite le même type de magasin à nouveau avec les mêmes chapeaux stupides. Pas d’escalier, pas de porte, pas de salon, pas d’Amérique. Il s’agit de simples façades, de décors de cinéma tenus par des échafaudages.

Ça n’est pas très différent quand on fait la rencontre d’une personne que l’on veut séduire, à la manière d’un push-up on pousse en vitrine ce que l’on a de plus distrayant à offrir. Culture, récit de voyages, anecdotes, blagues. On ne montre pas qui on est, on dit qui on est et la différence est parfois vertigineuse! On découvre que cet homme qui faisait tant rire dans ses messages ne connaissait que quelques blagues qu’il réutilisait sans cesse, que cette femme qui parlait de peinture avec passion ne mettait jamais les pieds dans un musée et possédait seulement quelques éléments de langages et noms de peintres qu’elle saupoudrait ici et là.

Parfois c’est la personnalité elle-même qui nous déçoit, parce que l’on projette sur cet(te) inconnu(e) l’image de la personne que l’on voudrait qu’il ou elle soit. J’ai vu récemment le film Noces Rebelles, avec DiCaprio et Kate Winslet (au jeu excellent) où la jeune femme découvre derrière celui qu’elle voulait talentueux, aventurier et romanesque un commercial banal qui se contente d’un travail que lui-même méprise.

Premier indice pour voir à travers le masque, il s’agit d’observer comment l’autre se comporte non pas avec vous (cela sera maîtrisé) mais avec les autres. Un exemple: la façon qu’à l’autre de s’adresser aux serveurs, aux chauffeurs, aux mendiants, aux enfants qui viennent jouer dans vos pattes, aux touristes qui viennent demander un renseignement, voir même aux animaux.

Il s’agit ensuite de poser des questions différentes qui vont casser le schéma établi du rendez-vous. Pour savoir si il est proche de la famille (supposons que c’est une valeur importante à vos yeux) ne lui posez pas la question directement, demandez-lui plutôt comment sa grand-mère a rencontré son grand-père. Traitez moi de pervers si vous voulez, mais vous êtes en train de recruter la personne qui va passer le plus de temps avec vous ces prochains mois / années.

Enfin pour réellement savoir qui est réellement une personne il faut regarder comment elle occupe son temps libre. C’est quand on passe du format « date » au format « journée » que l’on apprend le plus de chose sur la personne que l’on fréquente. D’ici à faire cette expérience, généralement pas avant plusieurs semaines, ne concluez pas trop rapidement à rencontre d’une vie.

Tout cela pour dire de faire davantage attention à la façon de fonctionner d’une personne, à ses mécanismes intérieurs, à ses habitudes, à son tempérament, à ses valeurs, qu’à la façade qu’elle vous présente dans les deux premiers rendez-vous. Et si j’écris cet article, c’est aussi pour vous inviter à réfléchir à l’image que vous projetez, à savoir quelles sont vos façades qui mériteraient d’être démontées et quelles sont les faces cachées que vous gagneriez à laisser entrevoir. Enfin n’oublions pas que nous autres humains sommes des créatures relativement banales, vendre du rêve est à notre portée mais pas le réaliser 7 jours sur 7 et H24. Ne soyons pas naïfs et apprenons à apprécier la parade amoureuse pour ce qu’elle est.

Et fort heureusement à Disneyland, il reste les attractions.

2 Commentaires
  • Sophie
    Posté à 21:04h, 02 octobre Répondre

    Tes articles sont formidables, loin des réseaux sociaux et des vidéos, je m’y retrouve davantage, hâte que ton bouquin sorte!

    • Yann Piette
      Posté à 10:14h, 03 octobre Répondre

      Merci Sophie, ça me touche beaucoup. Janvier pour le livre 😉

Laisser un commentaire :