réussir son entretien d'embauche

Tout déchirer à votre prochain entretien d’embauche en 5 points

Ce n’est pas un CV qui vous fait décrocher un travail, c’est un entretien d’embauche, et c’est précisément ce que je veux vous aider à travailler aujourd’hui avec cet article en cinq points.

Faire une excellente première impression

La première impression dans un entretien d’embauche est aussi la dernière car vous n’aurez pas le temps de la changer, alors vaut mieux pour vous qu’elle soit bonne.

Vous pouvez montrer quantité de choses en seulement quelques secondes. Tout d’abord que vous voulez le poste pour lequel on vous reçoit. Allez au devant de la personne qui vous reçoit, présentez lui une main décidée et sèche, ni dominante, ni dominée. Vous venez offrir vos services, vous ne venez pas faire la manche.

Votre tenue doit montrer que vous êtes fait pour ce job, vous devez être habillé exactement comme vos futurs collègues. Si vous vous lancez dans quelque chose de nouveau, allez roder la veille à la sortie des bureaux (choisissez un concurrent hein, pas la boite qui vous reçoit) pour vérifier que vous répondez bien au dress-code.

Faites attention aux chaussures, c’est le détail qui trahi ceux qui tentent de faire bonne impression, leur tenue est impeccable de la tête aux chevilles, puis le regard tombe sur un cuir fatigué, négligé, devenu rapeux, plié et replié là où naissent les orteils, bref des chaussures de victime. Vous n’êtes pas là pour tenter votre chance, vous êtes là pour gagner, alors achetez des chaussures neuves ou cirez et frottez jusqu’à ce que votre recruteur puisse se voir dedans.

Enfin éliminez tout ce qui interpelle. Un poil de nez qui dépasse, des ongles irréguliers, une haleine chargée, une trace de transpiration, une braguette ouverte, un maquillage trop lourd, du tartre.

La préparation

La question qui revient le plus souvent en entretien d’embauche c’est « Parlez-moi de vous ? » et pourtant la plupart des candidats ont l’air de l’entendre pour la première fois et de jamais y avoir répondu. Vous devez savoir vous vendre, et ça passe par le storytelling. Ecrivez un texte qui raconte en moins d’une minute qui vous êtes, d’où vous venez, pourquoi vous êtes là et surtout pourquoi ils ont besoin de vous, le tout avec humour pour ne pas paraitre arrogant. Vous racontez une histoire, celle de votre rencontre avec votre nouvelle boite. Travaillez cette réponse à l’oral comme si vous répétiez un rôle au théâtre, car c’est un peu le rôle de votre vie.

Ne prenez pas cet exercice à la légère, n’oubliez jamais qu’on embauche un être humain, pas un curriculum vitae, la personne à qui vous faites face doit être séduite. Elle doit se dire, bon sang, je veux que ce type/cette fille devienne mon/ma collègue.Si votre recruteur ne vous aime pas, il n’y a aucune chance pour que vous soyez embauché. Faites de votre échange un moment agréable, d’égal-à-égal, comme si vous preniez un café avec un ami.

Vous êtes la pièce manquante

Faites vos recherches. Vous devez savoir dans quoi vous mettez les pieds et ce que l’on attend de vous. Allez sur LinkedIn et connectez-vous à d’autres employés de la boite à un poste équivalent et posez-leur des questions sur leur expérience. Etudiez la culture de votre future société, épluchez leur site web, leurs différentes pages sur les réseaux sociaux.

Quand votre recruteur vous dira ce qu’ils attendent de vous, vous ne devez strictement rien apprendre, car la solution connait le problème auquel elle vient répondre. Quand vous appelez un plombier pour une fuite, la seule réponse que vous attendez de lui c’est « Je m’en occupe, allez faire vos courses j’en ai pour environ une heure ».

Beaucoup de candidats appliquent la règle du « je vais poser quelques questions pour montrer que je m’intéresse ». Qui croyez-vous leurrer ? Votre recruteur en a vu d’autres avant vous. Cette tactique est le plus sûr moyen de vous faire passer pour quelqu’un qui prend les choses par dessus la jambe. Vous pouvez poser des questions bien-sûr, mais :

  1. Elles doivent concerner votre future mission (on oublie la question sur les tickets restaurant SVP).
  2. Elles doivent dépasser le cadre de l’entretien, ce sont des questions relatives au fait que vous travaillerez pour eux dans quelques jours.

Différents types de questions à ne pas prendre à la légère

Il y a la question attendue, comme « Quelles sont vos forces et vos faiblesses ? » Si vous hésitez à répondre à ces questions cela ne montre qu’une chose : vous n’avez pas fait vos devoirs et vous ne les ferez pas davantage quand vous serez embauché (mais rassurez-vous cela n’arrivera pas).

Il y a la question inquiète qui veut dire : rassure-moi en me montrant que tu sais le faire. Vous êtes à l’aise en négociation ? Prouvez-le sur le champs.

Enfin il y a des questions perverses pour vérifier que vous n’êtes pas un imposteur. « Que pensez-vous de la dernière mise à jour de l’algorithme de Google qui favorise le contenu vectoriel ? » Quand vous ne savez pas, ne répondez pas au hasard, c’est peut-être un attrape-nigaud.

Vous le voulez ou pas ce job ?

Pour finir, n’oubliez jamais que celui qui obtiendra le poste ne sera pas nécessairement le plus qualifié ou le plus intelligent, mais celui qui montrera le plus de volonté et dont les qualités humaines sembleront correspondre le plus à la culture de la boite.

Chaque seconde passée à vouloir le poste vous rapproche de votre objectif, si bien sûr cette volonté est suivie d’actions concrètes. Dans la vie, on n’a jamais ce que l’on mérité mais ce pour quoi on se bat! 👊

Pas de commentaires

Laisser un commentaire :