Comment stopper le harcèlement: 3 stratégies

Je suis particulièrement sensible au sujet du harcèlement, comme je l’explique dans cette vidéo qui complète cet article, j’ai fait partie des 10% d’élèves qui subissent le harcèlement dans ma scolarité. Le mécanisme est simple, une personne qui a un minimum d’influence, un petit merdeux loubard, décide que ça sera vous le bouc-émissaire. Les membres du groupe donc il fait partie (il en est à priori le chef) suivent son exemple et utilisent cette activité pour créer de la cohésion, au même titre qu’une bande de retraités peuvent resserrer les liens qui les unissent autour d’une partie de bridge. Pris individuellement toutes les personnes qui harcèlent ne sont pas mauvaises, seuls quelque-uns prennent un vrai plaisir à faire du mal ou à terroriser, les autres se contentent de suivre sans trop comprendre. On retrouve cette mystification à l’âge adulte au sein de groupe, comme des manifestants ou des supporters.

Il est important de comprendre les mécanismes du harcèlement pour mieux s’en défaire. Fuir n’est jamais la solution, il faut apprendre à se protéger de cette violence. Voici trois conseils pour enrayer le harcèlement.

Ne jamais montrer sa peur

Le fruit du harcèlement qui est à la fois son combustible c’est la peur. Le harcèlement peut ne jamais exister si on ne montre jamais le visage de la peur, j’entends par là de ne pas l’exprimer, car la peur vous allez évidemment la ressentir. Il s’agit d’exercer son self-contrôle et de lutter pour montrer un langage non-verbal complètement non-réactif. C’est un rôle de composition difficile, si vous avez peur au quotidien, vous pouvez vous entrainer à ne pas changer de trajectoire, à ne pas bouger la tête. C’est exactement comme un voleur qui doit passer tout près d’un gendarme sans rien changer de son attitude (tout changement est suspect).

Contre-attaquer

La plupart des gens qui harcèlent n’ont pas envie de se battre ni même de sentir une résistance. Si aucune peur n’est exprimé par le bouc-émissaire, c’est déjà un échec en soi mais qui peut ouvrir la porte à une ou plusieurs tentatives ultérieures. Ainsi il peut être important de contre-attaquer, une chose qui pétrifie bien souvent la victime, mais je sais d’expérience qu’en vous circule une rage intense dont vous pouvez vous servir. La contre-attaque doit être une humiliation, c’est la meilleure façon de décourager votre agresseur, ne cherchez pas à le faire en privé, c’est comme si cela n’avait jamais eu lieu au contraire d’une humiliation public qui sera à jamais enregistré dans les mémoires.

Créer un contre-poids

La majorité des harcèlements est le fait d’un gros de personne qui se tourne vers une ou plusieurs personnes plus faible. On n’a jamais vu un groupe minoritaire harceler un groupe plus fort. Un excellent moyen de s’extraire du rôle de victime est de créer une alliance au poids équivalent. Il n’est pas facile de se créer un nouveau réseau d’amis en plein conflit mais vous pouvez aller chercher l’aide immédiate d’une personne extérieure.

Sur le même thème je vous invite à regarder ma vidéo sur le respect.

Pas de commentaires

Laisser un commentaire :